Principes fondamentaux de l’entraînement. "Première partie"


Principe d’individualisation:

La capacité d'adaptation à l'entraînement d'un individu est fonction de son matériel génétique.

L’hérédité joue un rôle majeur lorsque l’on parle de vitesse et de degré d’adaptation à une charge d’entraînement.

Dans les faits, deux personnes ont généralement des réponses différentes à un même programme d’entraînement.

Cette différence est liée, à des variations métabolique, des variations de régulation nerveuse et endocrine ainsi que des variations d’ordre cellulaire.

La population peut donc se diviser grossièrement en deux catégories. Les “bons” et les “mauvais” répondeurs à l’entraînement.

En raison des réalités physiologiques exposées ci-dessus, les programmes d’entraînements doivent prendre en compte les besoins spécifiques et les capacités de chaque athlète de manière individuelle.

On parle alors de PRINCIPE D’INDIVIDUALISATION.

Principe de spécificité:

Les adaptations à l’entraînement sont spécifiques au volume, à l’activité et à l’intensité des séances.

C’est pour cette raison, que les haltérophiles et autres adeptes de musculation, bien que possédant une force considérable ne disposent pas de meilleures capacités aérobies qu’un sujet quasi sédentaire.

Tout suivi sportif, doit tenir compte des déterminants de la performance propres à la discipline de l’athlète.

Le programme sera proposé en conséquence et mettra l’accent sur la sollicitation des systèmes physiologiques essentiels au sport pratiqué.

On parle alors de PRINCIPE DE SPECIFICITE.